Les besoins en répit des familles vivant avec des personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble envahissant du développement (TED) ne cessent d’augmenter d’une année à l’autre. Les principales raisons :

  • L’effritement du tissu social;
  • L’absence de réseaux d’entraide; et
  • La complexité des besoins croissants de ces personnes.

Le répit prévient les situations d’épuisement et fait en sorte que les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble envahissant du développement (TED) peuvent vivre dans leur milieu naturel le plus longtemps possible.  Il permet également aux proches qui les accompagnent dans leur projet de vie de bénéficier de moments de relâche et de ressourcement.

maison

Par ailleurs, toutes les politiques ministérielles et tous les plans stratégiques régionaux ont mentionné le répit comme objectif prioritaire.  Mais, dans la réalité, les sommes allouées sont insuffisante et beaucoup d’autres besoins sont à combler.

PÉRIODICITÉ DES RÉPITS

Une fréquence de deux (2) jours par mois représente une mesure qui permet de prendre un moment de détente de façon régulière. Certains parents préfèrent recevoir du répit une semaine complète durant la période de vacances, à savoir pendant le temps des fêtes et au cours de l’été.

Présentement la Fondation doit se limiter à une contribution maximale de 1 000 $ par famille, montant correspondant au coût approximatif d’une semaine de répit dans un camp de vacances.  Plusieurs demandes peuvent être présentées jusqu’à concurrence de ce montant.

Cependant, les budgets s’avèrent insuffisants et c’est pourquoi les familles, souvent monoparentales, s’adressent à la Fondation Le Renfort Grande Ligne.

OBJECTIF :

Idéalement, la Fondation Le Renfort Grande Ligne aimerait accorder le financement d’une fin de semaine de répit par mois aux familles à faible revenu vivant avec des personnes ayant une déficience intellectuelle et/ou un trouble envahissant du développement (TED).   Pour ce faire, deux conditions seraient modifiées dans l’admissibilité d’une demande de don :

  • Porter la limite de don jusqu’à 2 000 $ / famille / année;
  • Augmenter le nombre des familles à 150 au moins  à 2 000 $ = 300 000 $